Interview : Carine Rolland, adjointe au Maire du 18e chargée de la culture

carine.jpgAprès le Centre musical Barbara, espace consacré aux pratiques amateurs situé au plein cœur de la Goutte d'or, le 18e s'enrichit d'un nouveau lieu culturel d'envergure, avec la réouverture des Trois Baudets. L'occasion de faire un point sur la politique culturelle de la Mairie du 18e avec Carine Rolland, l'adjointe de Daniel Vaillant chargée de la culture.

 

Bertrand Delanoë et Daniel Vaillant ont inauguré la salle des Trois Baudets le 4 février dernier. Ce lieu mythique de la chanson française a connu bien des aventures ...

 

Carine Rolland : Ce lieu a été créé en 1947, et a connu, il est vrai, quelques péripéties. Cabaret dans la tradition des chansonniers montmartrois, les Trois Baudets ont vu éclore des talents comme Brassens, Brel, Gréco ou Gainsbourg. Transformé en cabaret érotique à sa fermeture, puis en squat, ce lieu a peu à peu sombré dans l'oubli. C'est Charles Aznavour qui, en 1995, est venu voir Daniel Vaillant pour lui demander de faire revivre les Trois Baudets avec sa vocation initiale : la chanson française. A l'époque (NDRL : sous la mandature de Jean Tiberi), la rénovation des Trois Baudets n'est pas apparue comme prioritaire pour la Mairie de Paris. Ca l'est devenu en 2001, avec l'élection de Bertrand Delanoë.

Quelle est la spécificité des Trois Baudets ?

 

C.R : Fort d'un passé glorieux, qui a vu s'épanouir la fine fleur de la chanson française, les Trois Baudets accueilleront les jeunes talents de la scène francophone tout au long de l'année (des concerts auront lieu 300 jours par an !). Mais il s'agit aussi d'en faire un lieu de création : l'équipe des Trois Baudets, sous l'impulsion de Julien Bassouls, jouera un rôle d'accompagnement en aidant les jeunes pousses de la chanson à se professionnaliser. Un travail sera également mené à destination des différents publics, avec notamment une vraie programmation à destination des plus jeunes.

 

Y a-t-il d'autres grands projets prévus cette année dans le 18e ?

 

C.R : Un projet est en cours avec l'association des amis de Magnum photos, présidée par Raymond Depardon, afin de créer un nouveau lieu dédié à l'image (photos et films documentaires) : le « Bal ». Ce projet est né d'un constat : « Nous vivons dans un monde d'images : comment le décrypter ? ». La Ville de Paris soutient ce lieu d'exposition et d'échanges, qui rejoint notre préoccupation de sensibilisation et d'éducation à l'image. Un travail est d'ailleurs déjà engagé dans ce sens par l'équipe du Bal dans quatre collèges du 18ème.

 

En quoi consiste votre travail au quotidien ?

 

C.R : Les projets qui concernent tout Paris bénéficient d'une forte visibilité (c'est le cas des Trois Baudets), mais l'essentiel de mon travail consiste à soutenir la diffusion d'une culture de proximité dans le 18e. Pour cela, nous travaillons énormément avec les associations présentes dans les écoles et les quartiers de l'arrondissement, avec ce souci constant qu'il se passe toujours quelque chose dans le 18e et que tous ses habitants aient les moyens d'accéder à la culture. Nous réflechissons d'ailleurs à l'instauration d'une université populaire dans le 18e. Il ne s'agit pas de créer un cycle de conférences de plus à Paris. Le propos professoral liminaire sera systématiquement complété par l'intervention de grands témoins (associatifs et professionnels) qui se feront le relais de leur expérience au quotidien.

 

Propos recueillis par C.V. (Section 18e JBC)

 

Pour être informé de l'actualité culturelle dans le 18e, inscrivez-vous à la newsletter Culture sur http://www.mairie18.paris.fr - rubrique « lettre d'info »